lundi 17 juillet 2017

La solitude, ce bonheur incompris ♥

En fait, c'est particulièrement difficile de pouvoir assumer être seule et rester chez soi. Je me faisais cette réflexion ce matin. Attends, je te plante le décor: C'était il y a une dizaine de jours, lors de mon premier vrai jour de vacances, après un weekend passé calfeutrée chez moi en mode autiste "Je ne veux voir personne, noon." au point que Chéri s'est dévoué pour aller chercher le pain (oui, même ça!). Je me préparais psychologiquement à une semaine déjà chargée (c'est-à-dire en mon langage vacances = au moins un truc à faire/une personne à voir par jour) quand je reçois un sms de belle-maman: "Coucou chérie, comment vas-tu? Es-tu libre le 12 ou le 13 pour qu'on aille boire un verre ensemble? Gros bisous." Intérieurement, là, mon coeur éclate. J'ai envie de crier "Mais laissez-moi tranquiiiiiiiille".



Mais je ne l'ai pas fait. En vrai, j'ai reposé mon téléphone dans mon sac et j'ai attendu jusqu'au lendemain avant de répondre. Je sais que l'attention est très gentille mais ce n'est pas du tout comme ça que je voulais passer mes premiers jours de vacances. Toute l'année j'ai été pressée socialement et ça a été parfois à la limite de la violence pour moi. 

C'est difficile de faire comprendre aux gens que j'aime être seule, que j'ai envie d'avoir la paix, d'avoir du temps que je passe avec moi-même et mon carnet, un livre ou mon ordinateur sans les frustrer parce qu'ils ont envie de me voir. C'est un bonheur personnel et ça peut devenir un besoin. Pour dire la vérité, j'écris cet article recluse dans la chambre car Chéri fait trop de bruit dans le salon avec son jeu de guerre. C'est trop de stress alors que j'ai juste besoin de calme, de me poser, de faire quelque chose pour moi.

Quand on vit en couple, l'équilibre est un peu complexe à trouver. Quand je vivais chez mon père, je passais la majeure partie de mon temps dans ma chambre justement et j'en sortais pour manger, me laver, sortir... Je me rends compte que le fait d'avoir un espace personnel me manque un peu. Un bureau, une bibliothèque où je pourrais me poser tranquilou, un havre de paix... J'en rêve de cet espace, surtout quand les journées sont longues, quand je sens que je travaille trop et que je veux juste disparaître de la vue des autres. C'est là que la méditation pourrait prendre tout son sens mais je ne m'y suis pas encore mise. L'idée serait à explorer.

En attendant, je vais me contenter de partir m'isoler en voyage. J'aimerais pratiquer la méditation (justement) une fois sur place, me recentrer sur moi, mes besoins, la nature, me laisser porter aussi. Plus simplement. 


20 commentaires:

  1. Comme je te comprends, je ressens également ce besoin de solitude, d'être dans ma bulle. J'ai la chance d'avoir un amoureux calme avec qui je peux être moi-même, c'est à dire isolée dans un coin avec un bon bouquin. Il nous arrive aussi souvent de rester assis l'un à côté de l'autre sans forcément se parler, avec chacun notre occupation (comprendre : un livre pour moi et un jeu sur portable pour lui ^^).
    Les gens ont souvent du mal à comprendre notre besoin de calme et de solitude, comme s'il était anormal de ne pas courir partout et de voir sans cesse du monde. Pour exemple, nous passons quelques jours chez ma grand-mère et celle-ci nous a demandé ce matin "Mais, vous ne sortez pas beaucoup... vous ne vous ennuyez pas ?!"

    J'ai beaucoup apprécié lire ton article :)
    Bonne journée,

    Marine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cool de se trouver avec quelqu'un de compréhensif. Le mien a beaucoup de qualités mais quand il joue aux jeux vidéos, impossible d'être à côté de lui, Wolfenstein, c'est trop violent et stressant x__x

      Oui, je crois que c'est dans les habitudes de beaucoup de gens d'être en permanence occupés à voir plein de monde, pas mal de mes amis sont comme ça mais moi, je suis bien chez moi, tranquille ^^

      Merci pour ton passage, Marine! Bise!

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ton article, probablement car je m'y reconnais tant il y a quelques années. Comme toi, j'aime la solitude, ces moments rien qu'à moi ont toujours été essentiels à mon épanouissement.
    Aujourd'hui, j'ose simplement expliquer à mes proches qu'il existe deux types de personnes : celles qui se ressourcent en étant entourées des personnes qui leur sont chères, et d'autres (comme toi et moi) qui nous ressourçons quand nous sommes seules.
    Depuis que je fais ça, je ne culpabilise plus de refuser ou d'inventer des stratagèmes des invitations et mes proches comprennent parfaitement !
    Charlotte - www.charlottebeydonblog.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La solitude, c'est vraiment trop bien pour l'introspection et le développement personnel, j'ai l'impression. C'est pas mal la manière dont tu l'expliques, ça doit leur paraître plus rationnel quand on met des petites cases ainsi ^^
      Bise!

      Supprimer
  3. Ah, autant j'adore avoir des semaines bien remplies et sortir avec des amis, autant j'ai besoin de semaines "vides" pour me retrouver et recharger les batteries. Je comprends donc parfaitement ce que tu peux ressentir ! Par contre, moi j'ai toujours passé plus de temps dans le salon que dans ma chambre, que ce soit chez mes parents ou en coloc'... Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que j'ai l'impression que tu sors beaucoup et souvent quand je lis tes articles! ^^ (en même temps, quand on ne sort pas, on n'a pas grand chose à raconter...) Merci!
      Bisous!

      Supprimer
  4. Je te comprends parfaitement.

    Je ressens aussi ce besoin de rester seule de temps en temps. Sans voir ou parler à qui ce que ce soit. Ce n'est pas que je ne les aime pas, mais par moment, je voudrais juste être en tête-à-tête avec moi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça, être juste avec soi-même. C'est aussi un moyen de se connaître mieux, je trouve :)
      Bise

      Supprimer
  5. Merci beaucoup pour ton article qui tombe pile au bon moment !
    Je suis en vacances en famille et les balades, visites, sorties et jeux s'enchaînent à une vitesse folle. Et moi, avec mon envie de me caler avec un bouquin pendant des heures, je me croyais anormale. Mais non, tu m'as rappelée que je suis juste différente :)
    Pas toujours facile de faire comprendre et respecter ce besoin de calme et de retour à soi. J'ai le sentiment que la recherche de l'équilibre est un perpétuel recommencement.

    Merci pour ce partage qui me fait me sentir moins seule et moins bizarre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Halala!! En plus en famille, ça doit être encore plus fatigant, je comprends ton besoin de calme un peu! Tu as réussi à voler un moment de solitude pendant ces vacances finalement? :)

      Bise!

      Supprimer
  6. Merci pour ce doux témoignage. C'est vrai que l'on se sent parfois seul.e ... à aimer être seul.e ! Je suis comme toi, j'aime mon cocon, être avec moi-même. Cela ne m'empêche en rien de profiter de la vie, d'aimer voir des gens. Mais j'aime aussi profondément passer des soirées, des journées seule avec moi-même et je detester que l'on vienne déranger cela. Il m'est déjà arrivé de décliner une invitation parce que j'avais envie d'être tranquille et au calme chez moi. Je ne sais même pas si j'arriverais à vivre en couple. J'ai tellement ce besoin d'être seule de chez seule que partager mon quotidien 24h sur 24, même avec une personne que j'aime profondément, me rebute.
    Enfin voilà, la solitude c'est magique pour moi aussi !
    Bisous et à bientôt,
    Pêche
    www.pecheneglantine.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de le commenter ;)
      Des fois, j'ai l'impression d'être un petit ovni car beaucoup de mes amis sont à sortir beaucoup, faire mille activités, être hyper occupés... La vie en couple, c'est un équilibre à trouver. On parvient encore à trouver des moments de solitude mais peut-être en dehors de chez soi. Je peux être seule mais entourée de gens quand je vais faire du shopping par exemple ou me poser dans un parc :) ça dépend du degré de solitude dont on a besoin (des fois, je ne peux pas du tout piffer les gens que je croise alors il vaut mieux que je passe dans la pièce d'à côté haha)

      Bise!

      Supprimer
  7. je crois qu'on est bcp dans ce cas, à se chercher des coins de solitude, mais que peu comprennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai la même impression... mais comme on se cherche notre bulle, on se perd dans la mer et on croit qu'on est seul dans cette quête...

      Supprimer
  8. Bonjour,
    Pour ma part, j'ai un rapport assez complexe à la solitude. Elle me fait peur, mais je l'aime en même temps ! J'ai peur de la solitude, du moins celle à venir. En revanche, j'apprécie ces rares moments de solitude que m'offre ma vie de couple. En ce moment, mon chéri est en formation, pendant 15 jours. J'en ai profité pour me faire un premier weekend en solo, loin de chez moi. Pour mes proches, c'était parfaitement étrange : J'allais forcément m'ennuyer, être triste, etc. Il se trouve que c'était vraiment sympathique, je me suis amusée autant que si j'avais été accompagnée. C'est agréable de se retrouver, de temps en temps, avec soi-même. De retour chez moi, je trouve plus de temps pour ce que j'aime faire : Ecrire des lettres, peindre des toiles, préparer mes articles ... Je m'aperçois que lorsqu'on est deux, je passe plus de temps, en rentrant du travail, à m'occuper de ce que je vais manger, à ranger, à faire le ménage, les papiers. Quand il rentrera, je pense que je vais rester sur cette nouvelle dynamique, et m'accorder plus de temps pour les loisirs. Je n'ai pas de bureau, ni d'espace à moi, mais je pense que je m'isolerais sur ma terrasse ou dans ma chambre :-)
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton sentiment, j'étais dans cet entre-deux à l'adolescence. Mais quand on est seule, on peut aussi tellement bien s'amuser! J'espère que tu parviendras à conserver cet équilibre parce qu'une fois qu'on a des habitudes installées, ce n'est pas facile de s'en déloger, surtout dans un couple ou dans une famille car c'est de l'organisation et des marques qu'on prend :)
      Bise!

      Supprimer
  9. Rolala, je comprends très bien, il m'est arrivé aussi de "peter un cable" pour un petit truc parce que je me sentais oppressée de manière générale à ce moment et que je n'étais plus capable de ne rien supporter. C'est clairement le besoin de prendre un peu de recul :)
    Bravo d'avoir réussi à le reconnaître et à aller le téléphone de côté jusqu’au lendemain (les bonnes intentions arrivant parfois au mauvais moment) ! Peut-être vaut-il mieux carrément couper son téléphone pendant quelques heures d'ailleurs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai qu'avec cette nouvelle hyperconnectivité, on est quasi toujours disponible pour tout le monde. Il faudrait vraiment que je laisse ça de côté de temps en temps (un peu toute ma connexion en fait ^^)

      Bise!

      Supprimer
  10. Je comprends bien cette envie de solitude. Depuis mon retour de vacances, on enchaîne les invitations par-ci par-là : ce sont toujours des personnes que j'aime et que j'ai plaisir à voir, pourtant je n'en peux plus x) Ça m'épuise, je me sens vidée. J'ai l'avantage d'avoir mon bureau pour m'isoler, cette semaine ça va devenir mon antre pour me retrouver avec moi-même ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait du bien d'être seule après cette déferlante quand même! ^^ Enjoy!
      (Ça fait une semaine que je suis rentrée et je n'ai toujours pas été voir certains gens, gloups...)

      Supprimer